Ceci est un fait.

Ceci est un fait : rien n’a été réglé à part les factures et les salaires de la honte.

En ces jours où nous célébrons la naissance d’un de ceux qui était venu nous annoncer la bonne nouvelle, ma mère Maria est toujours prisonnière de l’avis des autres. Ceci est un fait.

« Ils » lui ont arraché plusieurs dents sans les remplacer, alors qu’elle en avait les moyens. Ses dents n’étaient pas en si mauvais état en novembre 2014 et elles se sont considérablement dégradées depuis sa privation de liberté, elles ont été altérées par des interventions médicales comme en attestent la découpe que certaines dents ont subies. Elle subit toujours des traitements qu’elle avait toujours refusés par le passé. Ceci est un fait.

Je ne vous ai jamais expliqué quelle était l’organisation de sa vie ou la méthode qui m’avait aidé à réveiller ma mère. Car après la pétrification qu’elle a subie par ces charlatans,dans ma conception de la liberté vous deviez pouvoir faire ce qu’il était possible de faire pour que vos proches profitent de leurs derniers jours et ce en toutes libertés. Ceci est un fait.

Un bon nombre de personnes -qui ont les moyens de faire changer les choses- sont témoins de cet acharnement sur ma mère, et elles semblent considérer que tout ceci est normal ou peut-être souhaitent-elles que je revienne sur ma décision ? De mon avis il n’y a point d’obstacles à libérer ma mère de toutes ces contraintes, et ils s’empressent beaucoup plus à stopper d’autres spectacles qui font trop de bruits; comme vous le savez maintenant. Stopper les paroles, mais ne point agir contre les actes médicaux odieux ? Quel étrange choix, mais certainement pas désintérressé. Ceci est un fait.

Fortement avertis des erreurs du passé, fortement effrayés des sacrifices du passé, je m’attendais à ce que nous soyons libérés de toutes formes de préjugés et d’entraves. Cela n’a pas été possible. Ceci est un fait.

En ces temps où les nuages s’amoncellent et assombrissent nos destins, je tenais à vous dire qu’il n’y aura point de miracles ou de sauveurs si vous ne savez pas vous révolter de la plus digne des manières. Indignez-vous, car qui ne dit mots ou n’agit pas, consent à la solution finale.
Dans le silence, dont les vertus étaient vantées par le passé, il n’y a que désolation, misère, ignorance et sacrifices…
Il est encore tant de changer d’avis et de mettre en pratique les bonnes intentions qui avaient émergé après les années de fureur.

Nous voulons notre liberté ! Je veux vous rendre votre liberté.

Malgré tout, pour ceux qui combattent les injustices ou qui en sont victimes, je tenais à vous souhaiter de bonnes fêtes. Je tenais à vous encourager à vous réunir autour d’un repas de l’amitié, à renouer avec des proches desquels vous vous seriez éloignés lorsque le ciel tonnait … et à réaliser ce que vous n’auriez pas accompli.
Enfin, je vous souhaite longue vie et bonheurs, sur cette terre qui nous a été offerte et que nous devons protéger.

Dents dégradés par des interventions médicales et non réparées malgré des moyens financiers suffisants.

NB: la dent manquante sur cette photo a été arrachée la semaine précédant le premier tour des élections régionales 2015.

Advertisements

A propos Patrice CHASSAING

J'ai partagé mon expérience pour mieux vous informer. Aimons-les Aimons-les Aimons-les Moi, l'informaticien.
Cet article a été publié dans 2015, EHPAD, France, Hôpital, Hospital, Institutions, Juge des Libertés et de la Détention, Juge des Tutelles, Justice, Maison de Retraite, Maltraitance, Médecin, Médicaments, Police, Politiques, Procureur de la République, Réglementation, Seine-et-Marne, Service public, Signalement, Tribunal d'Instance, Tribunal de Grande Instance, Tuteur, Val-de-Marne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.