Victimes ? pas vraiment soit-disant …

Vendredi 26 octobre, en attendant d’avoir des nouvelles du 3977, je tente l’email suivant :
cabdgpn.deleg-victimes@interieur.gouv.fr

J’envoie le mail vers 7h30. 9h30, je reçois un accusé de lecture.
12H00 : une voie féminine me demande :

  • « Mr Patrice Chassaing ? »
  • « Oui »
  • « Ministère de l’intérieur, vous nous avez envoyé un mail parlant de XXX »
  • « Oui, c’est cela »
  • « Nous ne pouvons traiter votre requête, car il n’y a pas besoin d’une intervention des forces de l’ordre »
  • « Ok, mais il y a quand même des personnes potentiellement en danger, des victimes, et puis j’ai lu dans certaines pages de vos sites webs que certains faits dénoncés peuvent entrer dans ce cadre. »
  • « je vais voir avec mon chef … »
  • « Je suis désolé mais il faudrait plus entrer en contact avec le ministère des affaires sociales … »
  • « D’accord, vous pouvez leurs faire suivre »
  • silence
  • « Parce-que des adresses emails, vous en avez des tonnes, alors pour trouver la bonne ! »

La conversation se finit cordialement. Plutôt efficace, mais est-ce que cela portera ces fruits ?

Le reste, j’en sais rien. Je suis sûrement fiché pour activité subversive ou un truc de ce genre, alors que c’est moi qui essaye de sauver des gens : qu’il fait bon être du côté des dénoncés …

3977 ? Non, rien.

Advertisements

A propos Patrice CHASSAING

J'ai partagé mon expérience pour mieux vous informer. Aimons-les Aimons-les Aimons-les Moi, l'informaticien.
Cet article, publié dans 2012, France, Institutions, Maltraitance, Service public, Signalement, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.