EPILOGUE

Liberté, égalité … ?

Hais mon laid ?

2014-03-28-CHGT-TUTEUR-LAGNY-SUR-MARNE-FLOUTE

Publié dans 2012, 2013, 2014, France, Juge des Tutelles, Lagny-Sur-Marne, Seine-et-Marne, Tribunal d'Instance, Tuteur

Monsieur le juge des tutelles

"Article 12
Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes."
Déclaration universelle des droits de l’homme.

Monsieur Olivier Adam, juge des tutelles à Lagny-Sur-Marne, ce 17 mars 2014 j’ai eu la triste nouvelle de recevoir un courrier dans lequel vous me dessaisissez de mon rôle de tuteur !!!

Incroyable décision au regard de vos rencontres avec Mme CHASSAING et de notre argumentaire.

Ce 29 novembre 2013, vous aviez décidé d’imposer une aide à domicile et/ou une aide ménagère et/ou une infirmière (notez la précision de votre demande ! ) pour l’aider dans ses tâches quotidiennes. Vous n’avez pas tenu compte de mon avis et encore moins celui de ma mère qui était présente ce jour là, et ce malgré mon argumentation qui vous expliquait qu’elle n’avait pas besoin de telles aides.
Pourtant elle avait retrouvé une certaine autonomie et je passais la voir tout les 3-4 jours. Sans ses médicaments, elle avait retrouvé une capacité certaine de jugement, et en tout cas d’opinions.
Vous n’avez pas tenu compte du fait que ma mère était en bonne santé, qu’elle était ravie que je m’occupe d’elle et que je passe faire des sorties avec elle.
Vous n’entendiez guère que :
-je faisais des courses avec elle pour acheter des produits qu’elle apprécie
-nous lui achetions des vêtements
-qu’elle n’aime pas l’autorité abusive et n’apprécie pas automatiquement les personnes qu’elle ne connaît pas
-que nous étions allé en vacances
-que je l’emmenai régulièrement au médecin généraliste
-que je lui avais fait poser sa couronne chez un dentiste, ce qu’elle ne faisait pas du temps des autres tutelles, elle a dent maintenant.

Vous vous étiez appuyé sur l’intervention des pompiers le 10 juillet 2013, et sur une plainte du 12 juillet 2013 de l’association Clic-Partage de Seine-et-Marne pour abandon de personne âgée. Je ne le savais même pas. Il faut dire que cette association n’a aucun intérêts puisque qu’elle est financée par le conseil général et qu’elle met en relation "ses clients" avec des professionnels de la profession, que vous connaissez bien maintenant. Comment en ont-ils été informés ? Mystères … et misères. Pourquoi n’avaient-ils donc pas pris contact avec moi avant ?

Vous m’aviez donc donné 2 mois (soit courant Janvier 2014) pour mettre en place un tel dispositif, sous peine de me retirer la tutelle. Dans votre courrier du 13 novembre 2013, vous aviez oublié d’écrire une de vos propositions : reprendre maman à la maison …

Par l’intermédiaire de son avocat, nous avions obtenu un délai de liberté supplémentaire jusqu’à Mars 2014 afin de vous démontrer que nous n’avions ni besoin, ni d’envie de recourir à des personnes étrangères de notre famille.

Nous voilà ce 27 février 2014, vous nous avez convoqué à son domicile où nous vous accueillons avec le sourire. Vous nous demandez de vous faire visiter les lieux, ce que nous faisons. Vous ne faîtes guère attention aux éléments de conforts. La première démonstration que vous souhaitez faire, c’est comment se fait-elle à manger. Devant vos yeux, elle prend elle même un plat préparé qu’elle met dans le micro-onde puis elle le met à chauffer … Comme d’habitude, vous fermez les yeux sur ce qui ne vous plaît guère et vous refusez la démonstration de l’utilisation des WC.

Commence à nouveau cette même discussion : vous exigez que quelqu’un pénètre chaque jour son domicile, vous ne savez pas qui ni pour quoi mais c’est très important il faut absolument embaucher quelqu’un. Une sorte d’obsession, quoi !
Je vous explique que ça aurait pu être sympathique, mais que désolé elle n’aime pas les étrangers chez elle. Qu’elle mélange parfois le Français et le Portugais et que désolé elle n’aime pas les inconnus …

Vous me faîtes signer votre P.V. et comme à chaque fois, je vous dis que je signerai chaque page en bas parce que dès fois qu’elles se mélangent avec d’autres dossiers … Vous vous étonnez que je dise à ma mère de ne pas signer votre papier, mais allons, Mr Adam, elle est sous tutelle !!!

Je pensais que vous aviez compris. Votre obsession a vouloir créer des emplois inutiles pour ma mère me reste un mystère. Cela fait déjà plusieurs mois que tout se passe bien pour ma maman, mais ce n’est visiblement pas le critère important. Vous décidez donc de me retirer la tutelle.
Mr Adam, Mr le juge des tutelles, vous deviez me rendre service et voilà que vous voulez que je vous "rende service" à vous (et à vos amis ?).

Je vous l’ai dit, vous représentez la République mais n’avez vous pas pris une décision hâtive et arbitraire ?
Vous nous dérangez. Vous embêtez ma mère et vous allez rompre la tranquillité qui commençait à s’installer. Vous n’avez que faire de ses envies, ses désirs ou les visites au médecin, les visites aux dentistes, les longues promenades, les courses ou les vacances qu’elle a fait … Demandez à votre nouveau tuteur de l’organiser ? Excusez-moi, j’avais oublié que vous agissez pour sa sécurité et que vous n’en avez rien à faire.

Vous semblez vous soucier d’économie. Savez-vous que par votre acharnement vous avez ralenti nos investissements tels que des stores automatiques, de la domotique, une Freebox et un PC pour faire des discussions audio-vidéo, un système de vidéo surveillance, un nouvel appartement ou encore une voiture pour faciliter nos déplacements ?

Vraiment, Mr Adam, je ne comprend pas votre habitude obtus … serait-ce votre précédent emploi au tribunal de grande instance qui vous rendrait si têtu ? je suis sûre que l’hospitalisation forcée vous démange, tellement vous avez l’air de vous amuser. Il est vrai que l’on est absolument coupable de penser autrement que les autres, n’est-ce pas Mr Adam ?

Vous vouliez tellement que l’on embauche quelqu’un, que j’ai décidé de vous faire plaisir en embauchant un avocat. Combien seront-ils bientôt à vous écrire des courriers ?
Paraît-il que ça met plusieurs mois pour examiner notre appel, vous avez réussi, vous nous avez bien embêté.

Quelle publicité pour la tutelle !

"Article 12
Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes."
Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres (dont la France) qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot.

Vous ne voudriez pas que je vous rende des comptes en plus ?

C’était "Aimons-les", ça finira peut-être en "Hais mon laid".
Le blog est fermé.

Publié dans 2013, 2014, Aide ménagère, Association, Avocat, France, Institutions, Juge des Tutelles, Lagny-Sur-Marne, Livraison de repas, Maltraitance, Médicaments, Procureur de la République, Seine-et-Marne, Service public, Services à la personne, Signalement, Tribunal d'Instance, Tribunal de Grande Instance, Tuteur | 1 commentaire

Maison de retraite et EHPAD : déchiffrez les statistiques …

Le dernier article sur les maisons de retraite. Au moment de faire le bilan, on ne parle plus d’argent.

ehpad_graphique_1

ehpad_graphique_2

ehpad_graphique_3

Aimons les statistiques – 2013 (format OpenOffice)

A en croire ma revue de presse, tout va mal. N’est-ce que la partie immergée ?
Pourtant, c’est qu’ils ont bien travaillé …
Bien sûr, tout n’est pas parfait en terme de Qualité mais force est de constater qu’il y a eu moins de brûlés.
On a fait simuler les pompiers, mais les EHPAD ont-ils vu beaucoup les policiers ? Moi, on ne m’a pas loupé !
Des disparitions, des problèmes de sécurité et encore d’autres problèmes qui démontrent qu’ils vous avaient bien baladés dans le passé …
Chie, Raque vous l’avait promis ! çà recause ici, pas urgent qu’il avait dit !
Leur religion c’était celle du blé ! Ils ne pensaient qu’à vous le manger.
Même leurs dirigeants sont trop pressé, et finissent par se vautrer (Enity MDR – L’automobiliste tué sur l’A8 mardi matin était la la 347e fortune de France – L’avenir). Un mur et lamentez-vous.
Ils auraient mieux fait de payer leurs salariés(2013-04-10- Barzan grève à la maison de retraite Enity – SudOuest.fr) au lieu de se la péter …

Mais je n’oublie pas les autres, ceux qui y sont restés ou ceux qui y entrerons.
Lorsque vous n’êtes pas pressé, le travail est bien fait; il n’y aura donc pas besoin d’amputer les déjà handicapés même égratignés …
Moignon, ça ne passera pas. Escarres, soyez maudits.
Dans un monde parfait : CDI, DIF & CIF, CHSCT, CVS, accord tripartite et plafonnement des loyers auraient dû fonctionner
… mais il semble qu’ici ce ne soit pas assez.
Ces Business Angels redemandent toujours du blé. Pourtant, ils finissent même par s’exporter !

Il va falloir tout ré-inventer ou alors trépasser !
Ainsi donc, j’ai relevé 13 idées. Il n’y a rien de nouveau et certains sont sûrement en avance sur Notre Temps …
Notez qu’il suffit de relever les maux pour les corriger …

Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64
Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64
Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64Big_idea_icon-64x64
Big_idea_icon-64x64

Vous connaissez notre choix, et nous n’avons pas à le regretter.
Le sourire est revenu et nous lui avons enfin posé sa couronne !
Quelques blessures de l’âme sont encore là, mais on a déjà bien progressé.
Retrouvons le silence, sorties mesurées et limitons les contrariétés.
Et n’oubliez pas : "Au Village, tout le monde se connaît".

Préparez-vous à la bonne année, et laissez au diable tout ces jeux de mots pourris.

Vive la République, vive la France.

Publié dans 2013, EHPAD, France, Maison de Retraite, Presse

Joyeux Noël

Voir la vidéo : "Maladies à vendre" ©THE FACTORY – ARTE FRANCE – 2011 (Documentaire diffusé en avril 2013 sur La Chaîne Parlementaire).

C’était une année de malade !!!

Publié dans 2013, France, Médicaments, video vidéo

Au land, ne peut-il rien contre les collabos ?

On a mis en vacance la dépendance …

Lundi 2 septembre 2013
Cet été, nous nous sommes bien amusé avec mémé.
Nous sommes partis en vacances et force est de constater, qu’il lui restait de quoi s’en payer … Elle a vu un vieux port et ça lui a fait du bien …
C’est qu’elle a réussi à en faire des choses, c’est étonnant.
Se laver et s’habiller, n’est plus aussi difficile qu’avant ?!
Une fois la langue déliée, vous revivez.

Vous aussi, allez baiser la mer (Voir la vidéo "Allez voir la mer").

Un dimanche très spécial …

Dimanche 4 août 2013

Aujourd’hui dimanche 4 août 2013, il s’est passé quelque chose de très spécial. Elle s’est rappelé de certaines choses qu’elle avait oublié.
Croyez-moi, il s’agit d’un exploit, car à la sortie de la maison de retraite et de l’hôpital (ordonnance de 3 médicaments), il ne lui restait plus que mon prénom en tête.
Peut-être ai-je perdu du temps à écouter ses braves médecins de gériatrie qui m’expliquaient qu’ils faisaient tout le possible pour améliorer sa condition ? Peut-être auraient-ils dû lire cet article du Huffington Post (2012-11-15 : Guy Hugnet : Psychotropes, le prix de l’overdose française – Huffington Post) qui explique combien ces médicaments du psychisme sont néfastes pour la mémoire et sont mis en cause dans la maladie d’Alzheimer ?
Peut-être aurai-je dû consulter plus tôt cet autre médecin qui m’a expliqué que "ce médicament pour la mémoire" n’améliorerait la mémoire que de 10% et seulement sur 15% des patients … mais pour quels effets néfastes ?

Bien sûr, c’est un travail haletant que de lui rappeler les choses, mais avec le temps elle finit par les réapprendre.
Elle sait désormais repérer les pièces dans un appartement, se servir d’une ceinture de sécurité et chaque jour elle se rappelle de choses qu’elle avait oublié.
N’oubliez quand même pas qu’ils se remettent à parler, rire et pleurer; mais aviez-vous déjà vu des légumes le faire ?

Comparez les vidéos de Décembre 2010 et Juillet 2013 ci-dessous. Et sachez qu’à sa sortie en Novembre 2012 ou Janvier 2013, l’état de ma mère relevait quasiment de la léthargie apathique !!!
Vidéo de décembre 2010, avec utilisation de psychotropes (voir la vidéo "avec utilisation de psychotropes").

Vidéo de juillet 2013, sans utilisation de psychotropes (voir la vidéo "sans utilisation de psychotropes").

Papon, Papon … et voilà les pompiers et les policiers !

Mercredi 10 Juillet 2013

Liberté ?
Egalité ?
Fraternité

Tout se passait bien. Mme CHASSAING, dont on avait sérieusement épuré l’ordonnance , se remettait tout doucement en mouvement :
- Des souvenirs remontaient à la surface
- Elle se mettait à manger sans assistance, vidant le frigo, des bouteilles d’eau, des fruits et des petits pots, sachant se servir du micro(-onde)
- finissait même par faire des tâches ménagères comme la vaisselle.
- …

Bien sûr, tout ne se règle pas en 6 jours …

Il y avait bien eu ce courrier et cette visite du syndic et il y avait bien eu un appel téléphonique des pompiers demandant si tout allait bien. je les avais prévenus que oui, que les bruits de meubles ne pouvaient venir de cette mamie de 71 ans, que les bruits de couloirs s’entendent plus l’oreille collée à la porte que du 3ème, surtout quand personne ne se plaint au 2ème. Que la mémé se portait bien, qu’elle voyait un médecin régulièrement. Qu’elle discute toute seule ou au téléphone ne les regarde pas, qu’ils mériteraient d’attraper le syndrome de Gilles de la Tourette…

Puis ce mercredi, coup de téléphone. Les pompiers sont devant l’appartement, ils disent qu’on leur a signalé une mémé en détresse. Ils disent qu’ils ont du mal a communiquer avec la petite vieille, je leur dis que tout va bien mais ils n’écoutent point, ils vont casser la fenêtre de derrière et défoncer la porte de devant (parce que c’est compliqué de sortir mémé par la fenêtre… ) . je téléphone à la maman pour la rassurer puis le silence.

Papon, Papon, la mémé est mise dans le wagon. Direction l’HP. Ils finiront bien par voir qu’elle a déjà pris sa douche.

J’arrive à l’appartement, la police municipale attend. Questions, questions puis je fini par leur dire qu’ils feraient bien de regarder "Aimons les" dans Google. (le premier résultat de la requête est mon site au moment des faits)
Vite, appelez un service rapide, réparations d’urgence et de fortune pour fermer la porte (300€), on me demande 1000€ pour changer la fenêtre en 2 jours … Amour, Amour du travail vite fait.

Je cours à l’hôpital. Je trouve la maman en train de discuter, elle sourit en me voyant.
Je vois le médecin, compte rendu partiel de la discussion :
- Moi : elle va bien physiquement ?
- Le Dr : oui.
- Moi : elle a eu une prise de sang et un catétaire … ?
- Le Dr : les analyses sont bonnes.
Une petite signature, puis le fils et la mémé s’en vont, bras dessus, bras dessous.

Quelle chance cette Libération.

Résultats de l’opération : quelques milliers d’Euros pour rassurer des zéros du quartiers. Savez-vous qu’il faudra écrire aux Pompiers et qu’il sera difficile de se faire rembourser ? Que les agents de l’assureur m’ont mal conseillé et qu’il ne veulent pas me rembourser, que la Hotline de cet assureur a un autre discours ? …

Décidément, les gens sont toujours prêts à collaborer pour s’exciter ! Ils feraient mieux de s’occuper de leurs affaires surtout quand il ne font que baisser le prix du quartier !

Moralité : mettre mémé en appartement à la sortie de prison peut engendrer un surcoût de la facturation. Mais ne cédez pas aux autres propositions.

Publié dans 2013, Assurances, France, Seine-et-Marne, Signalement, video vidéo | Tagué , , , , , , ,

La dépendance, un business très lucratif.

Comment ont-ils fait pour vous convaincre que ce système était utile ou nécessaire ?

Pendant plusieurs décennies, l’inteligencia a tenté de vous faire croire que vous ne seriez pas capable de vous occuper de vos parents.
Ils ont d’abord trouvé quelques exemples mis en évidence dans les journaux pour vous faire penser que votre famille n’était pas assez compétente ou que vous aviez des intérêts malsains pour vous occuper de vos parents. Ainsi vos parents sont devenus des patients, fragiles, qu’il fallait absolument soigner par des professionnels et en dehors de tout intérêts (Riez).

  • Vous n’étiez pas apte à juger de sa santé. La maman a perdu du poids ("Au moins 5 fruits et légumes par jour", mais son I.M.C. est plus que correct), elle a des rides, bref vous voyez …
  • Vous gériez leurs dépenses, leurs biens et ainsi vous faisiez de la maltraitance financière ("oh la la, c’est mal, qu’il sont machiavéliques"). Peut-être vous faisaient-ils des cadeaux ? A moins que vous ayez tout simplement une campagne électorale à financer ("40 M€ ça ne se verra pas, hein") ?
  • Vous avez perdu votre emploi ou êtes resté à domicile à vous en occuper. Bien sûr vous lui rendiez tout un tas de services non facturés ceux-là, mais on n’appelle pas ça de l’aide à domicile. D’ailleurs vous ne pouvez pas être rétribué en tant que tuteur de vos parents.
  • La fameuse question pour vous faire peur : Que se passe-t-il si vous avez un accident ? !!!

Bref, la propagande de la peur.
Ou tout simplement, n’aviez-vous pas d’autres choix ("en plus c’est bien qu’on nous a dit") : par exemple un travail loin, loin, loin ne se refusant pas par les temps qui courent ("et ils courent depuis longtemps les temps difficiles").

Et vous voilà de grès ou de force, conviés à laisser vos parents aux institutions, aux professionnels de la profession (que vous connaissez bien maintenant).

Comment soigne-t-on vos parents ?

A grand coup d’antidépresseurs, nos professionnels combattent la crise (économique). Ces médicaments annihilent la conscience, sont générateurs d’effets secondaires qui provoquent de nouvelles consommations de médicaments.
Bientôt vos parents ressembleront à des plantes, tellement plus faciles à manipuler. Ils les entasseront dans le hall ou la salle de réception (j’ai vu), délicieusement alignés en rangs d’oignons (mêlez-vous très vite des vôtres).
Finalement, il valait mieux un Calment et ses souvenirs que un calmant et des trous de mémoires … A propos de cette recordman de la longévité, on pourrait aussi se demander si elle n’était pas un cas exceptionnel, mise en avant afin de renforcer votre confiance dans un système qui ne tourne plus qu’en ronds.
Savez-vous qu’à partir de 3 médicaments, un médecin n’est pas capable de vous en prédire les interactions ? Déjà que les tribunaux ne savent plus quoi en penser à partir d’un médicament…
Demandez les ordonnances (après avoir retiré votre parent de son lieu de villégiature).

Peut-être les choses ont-elles changé depuis que j’ai publié cette article ? La note que vous payez, c’est celle des 2 dernières années et plus … Sinon continuez à faire marcher le "Made in France" !


Maison de retraite et dépendances – 1 – Thérapeutique

Qui paye ?

Votre parent; puis vous, quand il n’y a plus d’argent.
N’oubliez pas de rajouter les augmentations de l’hébergement qui peuvent être important lorsqu’une maison de retraite est rénovée, déplacée ou si la dépendance augmente.
Enfin nous payons tous pour aider ses professionnels de la profession par des aides de l’Etat (Une enveloppe de 162 millions d’euros pour les maisons de retraite – La Croix), de la sécurité sociale et des autres financements financés par vous … Il faut dire que c’est une activité peu intéressante(Eurazeo : acquisition d’Idéal Résidences – Boursorama) et non rentable pour les propriétaires.
Faîtes le calcul maintenant :

Pour votre pomme : coût total restant à charge par mois= ((coûts d’hébergement + coûts des services) – ( pensions de retraite + aides))

Pour leurs bourses : coût total du financement par an = (coûts d’hébergement par mois + coûts des services)*12 … * Y années

Qui se frottent les mains ?

  • La maison de retraite : lorsque le niveau de la dépendance augmente, le coût journalier augmente.
  • Les laboratoires pharmaceutiques : les médicaments sont vendus en quantités, la pharmacovigilance est renseignée par ses "cobayes" à volonté …
  • Les emplois induits : médecins (de ville, psychiatre, …) externes à la maison de retraite mais déclarés comme médecins traitants par la maison de retraite (B to B), les ambulances pour les aller-retour de consultations, les produits (couches d’incontinences …) … !!!
  • Les sous-traitants éventuels
  • mais point de dentistes comme je vous l’ai déjà expliqué ( Une semaine pour la santé bucco-dentaire en EHPAD – Le Quotidien du Medecin … pour les "Alzheimer" ?).
  • Les investisseurs ou ceux qui proposent des placements …

Toutes les familles sauf la votre.


Maison de retraite et dépendances – 2 – Le Business

Pourquoi ne devriez-vous plus tolérer ce système ?

Car vos parents sont mal soignés et se retrouvent vite à l’état de végétaux lorsqu’ils sont abrutis par les médicaments du psychisme. Ceux-ci dégradent vite les fonctions cognitives. L’inoccupation les rends pataux et inaptes à faire les activités qu’ils auraient été capable de faire avant d’intégrer la maison de retraite. Cet acharnement thérapeutique provoque des dérives dont les effets secondaires crucifient vos parents, et souvent juste pour quelques mots de trop. Ils perdront vite la mémoire et commencerons à avoir des problèmes comme l’incontinence en perdant leur sensations. La maladie d’Alzeihmer, dont les causes ne sont toujours pas identifiées clairement, rôdera bientôt autour de vos parents.

Parce que les coûts vont très vite devenir insupportables dans la durée, notamment lorsque "vous" aurez épuisé les ressources financières dont ils disposaient (vente de la maison, pension devenue insuffisante). La solution vous la connaissez, une bonne mise à la rue par sa maison de retraite (La Marseillaise).

C’est aussi parce que cette activité de santé, marche de manière incohérente que vous ne pouvez plus leur faire confiance. C’est en lisant un article "Moins de médicaments pour aller mieux" (l’Indépendant) paru en 2013 que je me suis rappelé en avoir entendu parlé il y a plusieurs années et à plusieurs reprises.
En fait, si vous parcouriez les archives de journaux sur 2 ou 3 décénies, vous vous rendriez compte qu’il ne s’agit ni plus ni moins que de marronniers, c’est à dire des articles aux thèmes récurrents : trop de médicaments, les effets secondaires, la maltraitance, des personnels inadaptés à leurs fonctions, les pots de vins … etc … Ne doutez point qu’il y a eu des grands reportages qui dénonçaient les mêmes choses à plusieurs années d’intervalle.
Bref, point de cercle vertueux dans ce cas, juste un cercle vicieux.

De même, le désengagement progressif de l’Etat sur ce type d’activité de service nous amène aux mêmes dérives que pour les autres : lobbies, sous-traitance, recherche du profit sur les activité de santé ("au secours"), puissances financières face aux individus, justice engorgée et embourbée dans ces procédures et autres jurisprudences, dilution des responsabilités, absences de contrôles de la part des autorités en sous-effectifs et/ou longueurs des procédures…

Un fois de plus, je vous laisse juger. A maintes reprises, j’ai fais part de mes étonnements sur certains points ou sur certaines méthodes, mais comme vous le savez déjà ils ne savaient répondre que par un avocat … ou le silence.

Cette comédie a assez durée : à vous d’agir, "le changement c’est maintenant" (Riez) …

Publié dans 2007, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, EHPAD, France, Maison de Retraite, Médecin, Médicaments | Tagué , , , , , | 4 Commentaires

Bonne année 2013

Bonne année cher lecteur.

D’un auteur à ses lecteurs.

Par quoi commencer après un si long silence ?
Pour une fois, changeons, et parlons de moi. Que s’est-il passé depuis le début 2012 jusqu’à ces voeux ?
Tout d’abord, je souhaite parler des ennuis que m’ont créé ces révélations.
J’ai senti des pressions, des intimidations allant jusqu’à me toucher dans ma vie professionnelle.
Des courriers recommandés qui arrivent, des courriers qui se perdent, des rendez-vous mal placés, des rencontres peu concluantes, des mauvaises rencontres, des propositions arrivant à point nommé mais pas désintéressées, des actes promis non réalisés … Des hasards ? Un peu trop depuis que j’ai créé ce blog et envoyé les premières lettres ou émails.

A la fin de l’hospitalisation, vous êtes touchés

Mme CHASSAING est sortie après plus de deux mois de l’hôpital gériatrique. Les conclusions sur la sortie de la maison de retraite ?

  • carences alimentaires (vitamines)
  • constatations de graves problèmes de mémoires et autres problèmes
  • lorsqu’elle est entrée en maison de retraite vers mars 2007 elle était en GIR 5-6, en octobre 2012 il était de GIR 1-2, en janvier 2013 et après hospitalisation il est de GIR 1-2. Le GIR (voir AGGIR), c’est le degré de dépendance (de 6 le plus faible jusqu’à 1 le plus dépendant)

Demandez des justificatifs ? Loi Kouchner, secret médical et secrets d’Etat.

Une fois de plus, je vous laisse juger.

Quid de la tutelle ?

Je tenais quand même à remercier la tutrice n°2 qui a fait du mieux possible pour m’aider à reprendre la tutelle. Dans ce flot de médiocrité, elle a essayé de m’aider en attendant que l’Etat fasse son travail.
Une lenteur accablante du système, toujours pas de nouvelles de ma lettre RAR d’Octobre, malgré le principe d’urgence. L’accueil téléphonique du T.I. est ouvert les lundi,mardi,jeudi,vendredi matin mais seulement le mardi 15 janvier matin la semaine où je téléphone (le hasard)…

Sous la menace de la loi de Parkinson

Qu’est-ce que la loi de Parkinson ? Ce n’est pas la maladie, mais ce n’en est pas loin.
“La loi de Parkinson affirme que « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement ». Elle fut exprimée en 1958 par Cyril Northcote Parkinson dans son livre les Lois de Parkinson, basé sur une longue expérience dans l’administration britannique.”
(Source Wikipédia)
Je pense que l’administration française a optimisé ce principe :
“le temps disponible pour l’achèvement du travail est infini”.
“le fait d’accroître ou de réduire les effectifs ne changera pas la lenteur du système qui n’est que le résultat de leurs volontés”.
“la loi de Parkinson est forcément accompagnée du Principe de Peter".

Quelques morceaux choisis de mes conversations avec le système :
"je ne prend en compte que les plaintes dont vous êtes victime, je ne peux pas en prendre en compte celles que vous avez dénoncé pour d’autres personnes" Ma réponse : "A quoi sert le 3977 ?"
“Il faut que vous trouviez une maison de retraite …” Ma réponse : “Mais, j’en viens!!!”
“Pour obtenir l’APA ou d’autres aides, la DASS/ARS va faire une enquête sociale, venir vérifier les conditions d’hébergement” Ma réponse: “Comme dans la maison de retraite où elle résidait ?”

il est vrai que Mme CHASSAING ne pourra pas retourner dans sa maison du
15 rue Deslandes
77500 CHELLES
, grâce au tuteur n°1.
Ce tuteur était-elle trop fatiguée pour mettre le bien de Mme CHASSAING en location en son absence ? Je croyais que les tuteurs devaient s’occuper de leurs “clients” comme s’il s’agissait d’un de leur parent et dans leurs meilleurs intérêts(vous trouverez des textes à ce propos sur internet…).

Est-ce une blague ?

A ce moment, vous vous demandez si tout ceci n’est pas un hoax, une rumeur, l’oeuvre d’un farceur. Malheureusement non.

Mais pourquoi n’a-t-il pas contacté la presse ?
Pour ne pas servir encore mieux l’Etat. Celui qui ne répond et n’agit que sous la menace de nos journalistes. C’est un peu pitoyable ce système, fait d’apparences, qui fait croire que tout trouve solution surtout quand on est au pied du mur …
D’ailleurs, que ces journalistes continuent à nous informer de ce qui est “normal” dans les maisons de retraite ( "Infiltrés/maison de retraite : non-lieu" / Octobre 2012), des valeurs de ces maisons de retraite française ("Négligence grave" pour la maison de retraite de Chaville / Janvier 2013). Oui, leurs valeurs ou celles de votre portefeuille bancaire, ou de vos investissements ?

Finalement, ce blog reste sous la menace des censeurs …Vous avez vu que leur meilleur solution pour régler les problèmes, c’est de les faire disparaître.

Conclusions

Recevrez-vous des excuses ? Peu probable et de qui ? Du tuteur n°1, Mme Wohlschlegel, certainement pas, c’est une “pro”.
Des excuses de Mme Harou, la juge des tutelles qui n’officie plus au T.I. de Lagny-Sur-Marne (valse d’effectifs après les élections)?
Des excuses de la maison de retraite qui sera peut-être revendue entre temps ? Visiblement non.
Des excuses de tout ces interlocuteurs, CDD, Interim et autres ? Retrouvez-les.
Des politiques, de passages, mais qui finissent toujours par revenir ? Il n’a pas le temps(sa petite guerre, vous savez), il a donné le dossier au ministre qui l’a donné au service X, qui l’a transmis au préfet, qui …
Souriez, vous avez compris : c’est le Monde d’aujourd’hui et celui de demain.

Vos parents seront-ils indemnisés ? Riez, quand vous savez la valeur que la justice française donne à la vie, quand vous savez que les rares indemnisés continuent parfois à lutter en justice, nous sommes bien loin des indemnités à l’américaine (en millions de dollars). Servis et ? Oui, c’est un peu ça.
Plus de 165 000€ d’économies et de retraite dépensées(chiffre à affiner) et englouties pendant 5 ans et 1/2 pour le résultat que vous connaissez. Oui, rien que ça.

Aurez-vous des ennuis ? Certainement, c’est le sort des Grandes Gueules. Fouillera-t-on mes poubelles ? Peut-être, il y a eu d’autres exemples et vous le savez.

Quel beau pays la France
"Quelle chance d’habiter la France"
[extrait de “Le monde de demain” / NTM - 1991]

Maintenant que je vous ai parlé du passé, du présent et du futur, je vous souhaite une bonne année emprunte de vos choix suite à la lecture de nos aventures (car je ne suis pas le seul).

Bonne année, et n’oubliez pas que ce blog s’appelle aimons-les.

Publié dans 2012, 2013, ARS, EHPAD, France, Juge des Tutelles, Maison de Retraite, Maltraitance, Médecin, Politiques, Service public, Tuteur | 2 Commentaires

3977, si c’est possible …

Oui en téléphonant au 3977, vous finirez par avoir un retour. Ne vous en privez pas même si vous sentez une réticence au téléphone, allez jusqu’au bout.
3977 : Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 19 h coût d’un appel local depuis un téléphone fixe.

Vous pouvez aussi écrire à la Délégation Départementale Personnes âgées et Adultes handicapés, D.G.A. Solidarité Départementale, Agence Régionale de Santé de votre département ou de la région.
N’oubliez pas de faire vos couriers en Recommandé avec Accusé de Réception, ça fait plus sympa dans votre collection …

Publié dans 2012, ARS, DGA Solidarité, Institutions, Maltraitance, Service public

L’avis de Maître ISERN-REAL, Paris

Je ne peux pas m’empêcher de vous faire partager l’avis de Maître ISERN-REAL. Elle a lu mon blog et a eu mon dossier entre les mains pendant une petite heure. C’est une "spécialiste" du patrimoine, de la maltraitance financière et surement d’autres choses (cherchez sur internet).

Son avis est le suivant :

  • lorsque l’on est pas content d’une maison de retraite, on prend sa mère, ses cliques et ses claques et on en redemande pas
  • il va de soit qu’on ne doit pas faire appel à un tuteur et demander soi-même la tutelle (et ceux qui s’expatrient ?)
  • que "ma foi" (la mienne me l’interdit) tout cela n’est pas si grave (c’est qu’elle en a vu des cas)

119,60€ prix d’amie, me dit-elle. Ma foi, pour ces conseils-là et juste une facture, j’aurai du faire une révision chez Renault et lui laisser mon bras.

Après 15 jours d’hospitalisation, ma vision est la suivante :

  • Mme CHASSAING ne sait plus les gestes essentiels de la vie : se laver, se laver les dents, s’habiller, se déshabiller, …
  • Mme CHASSAING a d’affreux trous de mémoire, après de multiples changements médicamenteux en produits et doses pendant son hébergement à la maison de retraite : elle ne sait plus comment s’appelle un banc, un lampadaire, une poubelle; elle ne trouve pas les toilettes, elle souffre d’incontinence, elle est victime d’une absence de notion du temps, elle n’est plus capable d’énumérer la totalité des membres de sa famille …
  • Tout un tas d’autres petites choses que seul un avocat professionnel saurait expliquer

Ma mère va donc continuer encore un peu sa rééducation son séjour pour finaliser le diagnostic et les prescriptions thérapeutiques.

Y aurait-il un avocat dans les lecteurs, qui aurait un avis plus passionné ?

Publié dans 2012, Avocat, EHPAD, France, Maison de Retraite, Maltraitance, Service public

Mme CHASSAING n’est plus à la maison de retraite en question.

Je suis passé la veille de la Toussaint. J’ai récupéré les dernières affaires qui restaient dans sa chambre.
A ce môment-là, je me suis rendu-compte qu’elle erreur stratégique ça avait été de "leur" faire confiance :

  • la vente de la maison par le premier tuteur,
  • la déchéance,
  • se battre pour que l’intégrité physique de ma mère soit respectée,
  • avoir pensé qu’en contactant le maximum de personnes de l’administration cela changerait quelque chose ou permettrait d’avoir des réponses … pas tout le temps, loin s’en faut.

Nous voilà démunis.

Est-ce que "mes actions" ont aboutis à des contrôles, des visites ? Même pas sûr que oui.Pas de réponses.

J’ai laissé la responsable s’en aller à 11h30, toujours avec le même sourire : "En revoir, Mr CHASSAING"
En revoir, tu m’étonnes : Mme CHASSAING a perdu beaucoup d’autonomie, la facture est salée, des mails restés lettres mortes et des tas d’autres questions.

Un avocat, oui j’en ai consulté un, un réputé. Je vous ferai part de son opinion quand le moment viendra.
Une association, oui j’en ai consulté une, une connue. Je vous ferai part de mon opinion quand le moment viendra.

Pensez-vous que l’on peut accoupler les mots "économie" et "sociale" ?
Regardez l’actualité. Regardez les courbes du chômage. Regardez qui commandent les marchés. Que se passe-t-il dans les entreprises, comment est géré le personnel (flexibilité, augmentation des cadences, plus que rentabilité, …) ? Regardez les scandales pharmacologiques … Des milliards donnés, mais à qui et pour quoi faire ?

Et vos voisins, qui pensent que vous ne vous occupez pas bien de vos parents souffrant, que vous n’avez pas le temps, que c’est pour l’argent, qu’il faut vous soulager … Riez maintenant.

Il ne suffit pas d’effacer les preuves (comme des pages du classeur des plaintes des familles) à chaque fois que quelqu’un les a signalées pour faire oublier ce qui s’est passé.
Mr CHASSAING n’ira plus là-bas : quand le chat n’est pas là, les souris dansent (et je ne parle pas de tout le monde).

La couverture de Seine & Marne Magazine (cliquez sur l’image pour avoir le magazine)
Couverture de Seine & Marne Magazine novembre 2012
Ma compilation, plus que succincte, de ce que j’y ai vu (cliquez sur l’image pour avoir la compilation)
Première page de la compilation de la Résidence de Diane

Est-ce une bonne année cher lecteur ?

Bon courage à ceux qui ont encore la voix de protester.

Publié dans 2012, Association, Avocat, Claye-Souilly, EHPAD, France, Institutions, Juge des Tutelles, Lagny-Sur-Marne, Maison de Retraite, Maltraitance, Seine-et-Marne, Service public, Tuteur n°1

Victimes ? pas vraiment soit-disant …

Vendredi 26 octobre, en attendant d’avoir des nouvelles du 3977, je tente l’email suivant :
cabdgpn.deleg-victimes@interieur.gouv.fr

J’envoie le mail vers 7h30. 9h30, je reçois un accusé de lecture.
12H00 : une voie féminine me demande :

  • "Mr Patrice Chassaing ?"
  • "Oui"
  • "Ministère de l’intérieur, vous nous avez envoyé un mail parlant de XXX"
  • "Oui, c’est cela"
  • "Nous ne pouvons traiter votre requête, car il n’y a pas besoin d’une intervention des forces de l’ordre"
  • "Ok, mais il y a quand même des personnes potentiellement en danger, des victimes, et puis j’ai lu dans certaines pages de vos sites webs que certains faits dénoncés peuvent entrer dans ce cadre."
  • "je vais voir avec mon chef …"
  • "Je suis désolé mais il faudrait plus entrer en contact avec le ministère des affaires sociales …"
  • "D’accord, vous pouvez leurs faire suivre"
  • silence
  • "Parce-que des adresses emails, vous en avez des tonnes, alors pour trouver la bonne !"

La conversation se finit cordialement. Plutôt efficace, mais est-ce que cela portera ces fruits ?

Le reste, j’en sais rien. Je suis sûrement fiché pour activité subversive ou un truc de ce genre, alors que c’est moi qui essaye de sauver des gens : qu’il fait bon être du côté des dénoncés …

3977 ? Non, rien.

Publié dans 2012, France, Institutions, Maltraitance, Service public, Signalement

Restez-vous victimes par mail ou faîtes-vous le 3977 ?

Vous avez décidé qu’il était temps de poser la question. C’est vrai, (presque) tout le monde vous dit que c’est normal, que c’est la vieillesse, que c’était un jour sans (enfin vous n’avez pas de chance, parce que vous avez souvent quelque chose à dire), que vous avez déjà prévenu qui de droit. Et puis las, vous vous dîtes que vous tentez votre dernière chance. Vous tapez les mots maltraitances (comme l’avocat vous a dit) et vous tombez vite sur des documents officiels : site gouvernemental(Agir contre la maltraitance – gendarmerie nationale), gendarmerie nationale(Le 116 000 Enfants-Disparus numéro d’appel européen – gendarmerie facebook). Génial, il y a des emails(notez la complexité de l’adresse), puis vous vous dîtes "super" je vais pouvoir appuyer mon argumentation par des photos ou des courriers scannés.

Ainsi, vous envoyez un premier mail à la gendarmerie le vendredi 19. Délesté de cette pression, vous passez un week-end soulagé en vous disant que vous avez prévenu les autorités.
Puis le mardi 23, vous vous rendez compte que le message n’est jamais arrivé, et que la résponse est resté dans le dossier des courriers spammés. Vous vous empressez d’envoyer de nouveau votre signalement et là, même retour désabusé : Victimes ou 3977 – Undelivered Mail Returned to Sender 6p

Alors le mardi après-midi, vous faîtes le 3977 comme le dit la publicité.
Quelqu’un est à votre écoute, vous lui parlez des boîtes mails mais elle vous répond gentiment que ce n’est pas de son ressort, qu’elle est là pour vous orienter. S’ensuit une discussion, on vous demande des précisions, des informations. Puis la conversation se finit par : "je transmets à qui de droit" (elle vous donne le type de contact) "qui reviendra au plus vite vers vous, sûrement ce mercredi" (le lendemain). Finalement, ça aurait été bien qu’elle me donne un numéro de dossier … J’attends, j’attends, tout le temps …

Sanction en cas de non-signalement

La non-dénonciation d’une maltraitance malgré l’obligation peut être punie de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000 € d’amende.

Le délaissement peut être puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 € d’amende (voire de 15 ou 20 ans, en cas de mutilation, d’infirmité permanente ou de décès).

C’est votre droit : Que faire devant une situation de maltraitance d’une personne âgée – Service -public.fr

Publié dans 2012, France, Institutions, Maltraitance, Service public, Signalement | 2 Commentaires